LA ZER
installation views
in real life
works
multiples
contact
about
© LA ZER  2020
You'll never walk alone,
2019
Ophélie Friberg (1991, France, 93 ) est une artiste plasticienne, photographe et auteure
qui vit et travaille entre Paris & Bruxelles sous le pseudonyme de La Zer.

Après une Licence de Lettres-Modernes à l’UHB (Rennes 35), passionnée le linguistique et de poésie, elle intègre l’atelier de Photographie à l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles (2013).

Portraits de ses proches dans l’intimité, d’adolescents zonant dans les rues de Saint-Josse , portraits de familles de réfugiés au Petit-Château
(Centre d’accueil des demandeurs d’asile, Bruxelles)…
La photographie comme médium de la rencontre.

En 2015, elle entame un Master en Pratiques Editoriales
(MULTI, Académie Royale des Beaux Arts, Bruxelles).
Sa démarche s’intéresse aux enjeux de la représentation dans le contexte actuel d’un tournant social et existentiel où l‘humain tente de se redéfinir.
Elle aborde la création artistique comme un champ d’experimentation poétique ou les préoccupations éthiques et esthétiques sont enchevêtrées. Dès 2016, elle expose ses premiers travaux photographiques à l’occasion d’expositions collectives (Errance, La Vallée, Bruxelles…).

Entre 2015 et 2017, touchée par l’arrivée de nombreux réfugiés, elle documente la vie quotidienne dans le camp informel de la Jungle de Calais. Elle s’y rend régulièrement et y côtoie un groupe d’amis de sa génération. Face à la marginalisation d’une population grandissante de jeunes
en exil , leur contact quotidien et la complexité à traduire les réalités imbriquées qu’ils vivent,
sa pratique s’ouvre à la pluridisciplinarité: photographie, écriture, vidéo, typographie, sculpture, costume, comme autant de gestes qu’elle met en réseau.

Après Calais, le projet de sa création s’affirme comme celui de la régénération.
Il consiste à poser un regard sur une blessure intime ou/et collective palpable dans nos présents - tenter de remonter à sa source - isoler son essence - et la guérir symboliquement par la sublimation en posant une oeuvre ou un acte.
Son travail est exposé dans le Fusée de la Motographie belge contemporaine
( Wiels, FOMU, EMOP, Rencontres d’Arles…) et des expositions collectives en Belgique
Next to the skin à BeCraft ( Mons ), Les Temps Sauvages, Brasseries Atlas ( Bruxelles )…

Depuis 2017, elle travaille comme photographe indépendante et collabore notamment avec le trimestriel belge d’investigation Le Médor et des musiciens africains de la nouvelle génération afro-futuriste : Ibaaku (Sénégal) , Adango (Cameroun) , WaiFai Spirit (Sénégal-Belgique).

En 2019, elle réalise sa première exposition personnelle, Futur Proche,
à La Centrale For Contemporary Arts, musée d’art contemporain à Bruxelles.
Elle voyage au Sénégal et en Tunisie (Résidence Shake) et collabore avec l'artiste Siryne Loued.

En 2020, elle auto-édite son premier livre Trace ! - Fragments - Reflets de la jungle de Calais , essai en travail depuis 2015, hybridant textes et photographies dont elle est l’auteure.
_ Tu m’as donné ta boue
et j’en ai fait de l’or.
Parcours
& Démarche
Charles Baudelaire, in Les Fleurs du Mal, 1857